Sélectionner une page

Archimède se vantait de pouvoir lever le monde avec un point d’appui et un levier.

Sur le même principe, des startups ont réussi à transformer le monde !

L’effet de levier est indissociable de la réussite des (ex) startups que sont Google, Amazon, Facebook, Apple, etc. Ces GAFA qui ont réussi, parfois en démarrant dans un garage (c’est pas l’idéal comme point d’appui…). Pensons aussi à leurs émules qui ont démocratisé le changement et la disruption dans presque tous les secteurs de l’économie : Uber, AirBandB, le BonCoin, blablacar…

Parfois, ces entreprises innovantes se sont transformé elles-mêmes autant qu’elles transformaient leurs relations avec leur écosystème, y compris leur clientèle. Une transformation dont l’ampleur est aujourd’hui source de crainte ou d’inspiration pour les politiques et les citoyens avertis.

De cette révolution, je fus observateur attentif et acteur engagé, depuis les balbutiements d’internet et ce qu’on appelait alors les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. C’est à ce moment-là que j’ai créé ma première startup pour offrir dès 1995 les services d’une web agency à mes clients nordistes.

Aujourd’hui, mon engagement pour les entreprises que j’aide repose sur 2 principes qui doivent beaucoup à Archimède :

  • Doter les entreprises du point d’appui propice à leur développement en préparant un terrain favorable : stratégies de contenus (éditorial et visuel) et supports de vente taillées sur mesure ;
  • Aider ces entreprises à actionner « les bons leviers pour conclure » : campagnes de communication, de marketing et de relations publiques.

Ma démarche suit un fil conducteur reposant sur le bon sens : créer une proximité maximale entre l’entreprise et ses clients c’est fluidifier et raccourcir les étapes classique de la séquence AIDA :

  • Attirer l’attention en étant partout ;
  • Déclencher l’intérêt en étant pertinent ;
  • Susciter le désir en étant désirable ;
  • Favoriser l’action en étant accessible !

Cette proximité maximale qui donne le nom à ma stratégie proximale est éminemment centrée sur le client d’aujourd’hui : il a des pouvoirs considérables grâce aux réseaux, il sait tout, il décide de ce qu’il veut, il est parfaitement autonome et les vieilles recette mécanistes du commerce et du marketing n’ont plus d’utilité avec lui.

Pourtant, nombre d’entreprises continuent à parier sur des stratégies qui s’apparentent à la réclame d’antan, croyant profiter des effets de masse autorisés par le digital pour spammer les boites aux lettres, les réseaux sociaux, tromper Google et envoyer ses commerciaux au charbon… Seuls quelques mercenaires y récoltent parfois des fruits…

Cette proximité maximale est exactement ce que je souhaite apporter à mes clients aujourd’hui : démultiplier, grâce à une stratégie digitale attractive, innovante et pertinente les chances, pour que le client actionne lui-même le levier qui déclenche sa commande !

Vous vous sentez concernés ?

Faites donc ce qu’Archimède aurait fait : likez cet article et contactez-moi pour en parler.

En toute proximité,

Robin Pirez Viron